Une conversation avec… Andrea Madaffari – partie 2

Home / News / Une conversation avec… Andrea Madaffari – partie 2

Une conversation avec… Andrea Madaffari – partie 2

Objectif Route du Rhum, la préparation athlétique d’Alberto Bona

 

Andrea Madaffari est le préparateur physique d’Alberto. L’un des premiers membres de son équipe à rejoindre les préparatifs du premier grand événement du projet IBSA – Sailing into the Future. Together. Avant même la préparation en mer, avec le Mach 5, Alberto se prépare sur terre, chaque jour.

 

Andrea est un vétéran du secteur et s’occupe maintenant de préparer de jeunes athlètes de la voile. Dans son curriculum, il compte deux victoires aux championnats du monde, en 1989 et 1991, et quatre participations à l’America’s Cup : trois en tant qu’entraîneur sportif et deux en tant que grinder ; à une occasion, il a fait les deux : en 1987 avec « Azzurra », en 1992 avec « Moro di Venezia », en 2002 et en 2007 avec « Mascalzone Latino ». Il a été entraîneur sportif dans l’équipe olympique de voile, avec laquelle il a fait toute la campagne de quatre ans jusqu’en 1996 pour les Jeux d’Atlanta. Ancien navigateur de haut niveau, il se consacre désormais à plein temps à la préparation des athlètes.

 

Nous avons discuté avec lui et analysé les aspects cruciaux de la préparation physique d’Alberto.   

 

 Quels genres d’activités Alberto fait-il spécifiquement pour se préparer ?

La préparation d’Alberto est une combinaison d’activités d’aérobie et musculaires alternées. Le choix est d’utiliser de petits appareils de musculation pour améliorer sa force. Nous avons décidé ensemble, pour le plaisir mental et psychologique d’Alberto, qu’il pourra s’entraîner librement chez lui, sans avoir recours à une salle de sport. Alberto consacre une grande partie de son activité à la force, en alternance avec la course aérobie, qu’il affectionne, recherchant la capacité et la puissance aérobie. La capacité est l’aptitude à avoir une respiration de base dans le long terme. La puissance aérobie, en revanche, est nécessaire car elle possède ces éléments qui permettront à Alberto, en quelques minutes, de changer une voile, de hisser la nouvelle et de fixer l’autre dans une mer agitée. Je les appelle les moments où l’on se dit « qu’est-ce que je fais là, pourquoi suis-je là ? » : dans ces instants-là, vous avez besoin de toute votre puissance musculaire au moyen d’une puissance aérobie de qualité. Lorsqu’il court, il ne se contente pas de faire un jogging, il alterne les courses moyennes et les répétitions, les sprints et les jeux de rythme utilisés en athlétisme pour augmenter l’intensité en un court laps de temps.

La préparation d’Alberto, pour l’exprimer en quelques mots, vise à ce qu’il soit physiquement prêt pour être en mesure de naviguer en toute sécurité. L’aspect santé est une priorité absolue. Nous devons conditionner Alberto pour qu’il soit en mesure de supporter les efforts requis dans le bateau.

 

Y a-t-il un critère qui anime la préparation athlétique ? Comment atteindre la performance idéale ?

La préparation est celle d’un athlète. Le stress de l’exercice est maintenu sous contrôle pour qu’il soit un entraînement, ces stress doivent créer une adaptation, sans créer de problèmes. Si le stress est trop faible, il n’y a pas d’entraînement, pas d’amélioration, mais si le stress est trop élevé, il y a un risque d’inflammation. La difficulté est de trouver l’équilibre permettant d’atteindre une performance maximale sans accident. Avec Alberto, j’ai l’avantage d’avoir beaucoup de temps, je ne suis pas exaspéré par cette recherche. Nous pouvons travailler en toute tranquillité et surtout, nous avons tout le temps de trouver la qualité correcte, en le soumettant à des charges appropriées et ayant le temps de faire des phases de déchargement et de repos afin d’être absolument prêts en novembre.

Afin d’éviter les surcharges, avec Alberto, nous avons consacré du temps à comprendre l’exécution exacte de l’exercice, la respiration et les temps. Dans la mesure du possible, nous analysons tous ces aspects ensemble afin de préserver sa santé. Je lui propose des choses peut-être plus simples pour protéger son physique. Je dois m’assurer qu’il augmente ses capacités en toute sécurité en étant à l’écoute de son physique. Nous aurons ensuite le temps de travailler sur les lacunes.

 

En ce qui concerne la voile hauturière – le type de voile dont Alberto fait partie – quels types d’activités faut-il prévoir ?

C’est une activité qui alterne des périodes de manœuvre de forte intensité et des périodes d’intensité relativement plus faible, je n’oserais pas dire calme parce que le calme dans cette spécialité n’existe jamais. Il est nécessaire à certains moments d’avoir beaucoup de puissance, tant aérobie que musculaire, lors d’un changement de voile par exemple. Tirer, trier, réarranger, redéplacer des poids nécessite une puissance réelle qui s’exprime alternativement dans des moments qui ne sont pas toujours dirigés par notre volonté, mais qui dépendent de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Alberto doit non seulement penser à augmenter sa puissance aérobie et sa puissance musculaire, mais il doit également essayer d’avoir le meilleur niveau de forme et de santé possible avant de partir.

 

Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez par « niveau de condition physique et de santé » ?

Le concept de condition physique et de santé est simple : pour tout sport de nature, et la voile est l’un des sports de nature par excellence, il faut être en bonne condition physique. Nous ne pouvons pas envisager de relever un défi comme celui d’Alberto en embarquant des problèmes, qu’ils soient anciens ou récents. La préparation dans ce cas n’est pas seulement une préparation visant à rechercher la performance dans la course qu’il devra affronter. Il vise également à améliorer sa condition physique générale et à faire en sorte qu’au moment où il part pour des compétitions de plusieurs jours, son niveau de santé soit excellent. En fait, une grande partie de la préparation vise à faire en sorte que sa santé soit au mieux dans les jours précédant le départ. C’est notre objectif final commun. Cela semble banal à dire, mais ce n’est pas du tout le cas. Pensons aux athlètes qui courent la finale du 100 mètres aux Jeux olympiques : ils ont tous des petits maux, des douleurs, du stress… ceux qui sont en meilleure santé par rapport aux autres réussiront certainement. Ceux qui sont en meilleure santé sont en mesure de mieux performer, ceci est commun à tous les athlètes et est décisif pour le résultat d’un athlète qui part seul en mer.

 

Vous connaissiez déjà Alberto en tant que navigateur ? Que pensez-vous de lui ?

Je ne le connaissais pas, nous ne travaillons ensemble que depuis peu de temps, mais il est très déterminé. C’est un défi intéressant pour moi aussi : je me suis mis en jeu et je suis avec lui, avec cette envie de voir ce que nous pouvons faire. Le navigateur solitaire manquait sur mon CV. Alberto est méticuleux, sérieux, attentif à tous les détails et a le bon état d’esprit. C’est le premier navigateur en solitaire que je connais personnellement et c’est un navigateur exceptionnel, un athlète exceptionnel. Il est très concentré, je l’apprécie vraiment.